Coffee Break

Coffee Break:
  • Semaine

Les temps forts de la semaine dernière

  • Les nouvelles inscriptions au chômage aux États-Unis, un indicateur en temps réel de l’économie américaine, progressent depuis la fin du mois de mars. Signe d’une détérioration cyclique, les demandes d’allocations chômage ont augmenté plus rapidement dans les États manufacturiers du Sud et du Midwest.
  • En zone euro, les indicateurs de confiance des entreprises et les PMI préliminaires de juin sont ressortis proches du plancher d’avril 2020, lors de l’apparition de la COVID-19 en Europe. L’inflation galopante, l’impact de la guerre en Ukraine et les problèmes récurrents de la chaîne logistique pèsent sur la confiance des entreprises et des consommateurs.
  • Dans son témoignage devant le Congrès, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a réaffirmé la volonté de la Fed de freiner l’inflation, estimant que l’économie américaine était suffisamment robuste pour supporter un resserrement monétaire.
  • Sur le front géopolitique, les 27 pays membres de l’UE ont confirmé l’accès de l’Ukraine et de la Moldavie au statut de candidat officiel à l’adhésion européenne. Largement symbolique, tant le processus d’adhésion est long et tortueux, cette déclaration constitue néanmoins une victoire géopolitique pour l’Ukraine.

Et ensuite ?

  • Alors que les banques centrales durcissent leurs politiques dans un contexte de ralentissement, il convient de surveiller l’évolution de l’offre et de la demande, ainsi que son impact sur la croissance. Aux États-Unis, les investisseurs scruteront, du côté de l’offre, les indicateurs de l’ISM, les commandes de biens durables et les stocks. Du côté de la demande, ils seront attentifs à l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board et aux revenus et dépenses des particuliers.
  • Dans la zone euro, la consommation et l’inflation seront au centre de l’attention. Les IPC de juin pour l’Allemagne, la France, l’Italie et la zone euro sont les derniers chiffres d’inflation publiés avant la réunion de la BCE de juillet, qui devrait donner le coup d’envoi de la hausse des taux. Nous prendrons également connaissance des indices de confiance des consommateurs.
  • Alors que la Chine a assoupli les confinements liés à la COVID-19 en juin, les investisseurs attendent les chiffres de l’industrie chinoise et les PMI manufacturiers mensuels définitifs. Cet assouplissement devrait en outre avoir soulagé les chaînes logistiques mondiales.
  • Enfin, les débats du panel politique réunissant le président Powell, la présidente Lagarde et le gouverneur Bailey au Forum de la Banque centrale européenne seront riches d’enseignements.

Recherche rapide

Obtenez des informations plus rapidement en un seul click

Recevez des informations directement dans votre boîte e-mail