Nos dernières analyses

A l’instar de ce que l’on observe aux Etats-Unis, le marché du travail est tendu dans la zone euro. La nature des tensions y est toutefois assez différente. Alors que près de 25 millions d’emplois avaient été détruits au pire de la pandémie aux Etats-Unis, l’existence de dispositifs de préservation de l’emploi (et la mise en place de dispositifs exceptionnels) dans la plupart des pays européens (chômage partiel en France, Kurzarbeit en Allemagne, ERTE en Espagne, chômage temporaire en Belgique…) ont permis d’éviter que les destructions d’emplois soient aussi nombreuses qu’outre-Atlantique (graphique 1).
Montrez-moi
  • Expertise
  • Thème
  • Publication
  • Auteur
Montrez-moi
  • Expertise
  • Thème
  • Publication
de
  • Auteur
S’ABONNER

Bénéficiez chaque mois des meilleures analyses

  • Monthly Coffee Break, Allocation d'Actifs

    Patience

    L’année 2024 s’inscrit dans un contexte mondial complexe, marqué à la fois par la résilience économique et des défis en constante évolution. Aux États-Unis, la croissance vigoureuse observée tout au long de l’année 2023 et qui s’est établie à 3,3 % en taux annualisé au quatrième trimestre est de bon augure.
  • Monthly Coffee Break, Actions

    Premier mois de l’année positif

    Malgré des débuts hésitants, les marchés mondiaux ont terminé le premier mois de l’année sur une note positive. Les États-Unis ont nettement surperformé, mais les actions européennes ont également progressé.
  • Performance absolue, Monthly Coffee Break

    Tous les rendements du monde

    Bien que la Fed ait entrouvert la porte à des baisses de taux au cours du dernier trimestre 2023, les données économiques les plus récentes se sont révélées solides, ce qui a amené la banque centrale à envisager un report de ces réductions de taux.
  • Obligations, Monthly Coffee Break

    Une offre très importante en début d’année

    Après deux mois marqués par une forte exubérance en fin d’année dernière, le mois de janvier 2024 s’est caractérisé par une grande modération. Les rendements de toutes les segments obligataires ont en effet été pour la plupart modérés, tandis que les investisseurs ont revu à la baisse la perspective de baisses de taux au premier trimestre et que l’offre a été très importante au début de l’année.

Recherche rapide

Obtenez des informations plus rapidement en un seul click

Recevez des informations directement dans votre boîte e-mail