Coffee Break

Coffee Break:
  • Semaine

Les temps forts de la semaine dernière 

  • En zone euro, l’activité s’est contractée dans le secteur manufacturier et les services pour le sixième mois consécutif.
  • Certaines enquêtes montrent que le reflux continu de l’inflation incite les consommateurs américains et européens à anticiper une baisse des taux d'intérêt.
  • Les discours de la Réserve fédérale américaine et de la présidente de la Banque centrale européenne ont été plutôt favorables aux marchés financiers.
  • Sur le front des résultats, Nvidia a publié un chiffre d'affaires et des bénéfices exceptionnels, ainsi que de solides prévisions pour le quatrième trimestre, mais Wall Street redoute l’effet des restrictions sur les exportations chinoises.

Et ensuite ?

  • Le président de la Fed, Jerome Powell, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, et le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, préciseront leurs orientations de politique monétaire avant les dernières réunions de l’année.
  • Alors que débute la saison des achats de Noël, les États-Unis présenteront diverses données préliminaires sur l’activité : indices de l’ISM, croissance du PIB, évolution des prix PCE et dépenses de consommation réelles.
  • La zone euro publiera ses rapports préliminaires sur l'IPC de novembre, ainsi que l'évolution annuelle des prêts aux entreprises et aux ménages.
  • Les PMI chinois devraient refléter une nouvelle stabilisation de l'activité manufacturière et des services.
  • À l’approche du sommet sur le climat qui se tiendra à Dubaï (COP28), le groupe OPEP+ se réunit dans un contexte de volatilité des cours du pétrole.

 

Nos convictions

Scénario de base

  • La désynchronisation de la croissance s’accentue. L'économie américaine est en perte de vitesse, tout comme l'inflation, ce qui justifie la décision de la Réserve fédérale de faire une pause dans le durcissement monétaire et de maintenir des taux d'intérêt à un niveau élevé pendant une longue période.
  • En termes de fondamentaux, l'Europe reste à la traîne, avec des indicateurs économiques et une inflation inférieurs aux attentes. Ce contexte soulage toutefois la BCE, qui devrait retrouver sa capacité d'assouplissement pour faire face à toute éventualité en 2024.
  • En Chine, l'activité économique et l'évolution des prix montrent de timides signes de stabilisation.
  • Le ton plus conciliant adopté par les banques centrales des pays développés a entraîné un recul significatif des rendements obligataires. Parallèlement, la probabilité que la Chine exporte sa déflation s'estompe progressivement.
  • La baisse des taux réels a soutenu les valorisations des actions depuis la réunion du FOMC de novembre, tandis que la décélération de la croissance et la progression des salaires réels devraient peser sur les bénéfices.

 

Risques

  • Les risques qui menacent la croissance mondiale restent orientés à la baisse en raison de l'évolution du contexte géopolitique.
  • Le resserrement monétaire le plus important des quatre dernières décennies a entraîné un durcissement significatif des conditions financières. Une résurgence des risques pour la stabilité financière est possible.
  • La crédibilité de la Réserve fédérale est essentielle, car les anticipations de points morts d'inflation n'ont pas encore diminué, tandis que la Banque centrale européenne doit se préoccuper des pays périphériques.
  • Les cours du pétrole, les rendements américains et le dollar seront les principales variables à surveiller.

 

Strategie cross asset et positionnement du portefeuille

  1. Notre allocation d’actifs affiche une relative préférence pour les obligations par rapport aux actions, la prime de risque des actions étant actuellement insuffisante pour inciter les investisseurs à renforcer leurs positions.
  2. Nos convictions en matière d’investissement sont les suivantes :
    • Globalement, nous sous-pondérons légèrement les actions.
    • Au plan régional, nous sous-pondérons les actions de la zone euro, car la probabilité d'une contraction de l'activité s'est accrue.
    • Nous sommes neutres à l'égard des États-Unis, du Japon et des marchés émergents.
    • Nous privilégions les secteurs défensifs ou en fin de cycle. Compte tenu des anticipations de recul des rendements obligataires et de la résistance avérée des bénéfices, nous sommes désormais plus optimistes à l'égard du secteur technologique américain.
  3. Allocation obligataire :
    • Nous ciblons le crédit de haute qualité dans une optique de portage.
    • Nous ciblons également les emprunts d’État américains ou du cœur de l’Europe afin d’exploiter la hausse des taux et des rendements obligataires, dans un contexte de ralentissement de l'activité et de reflux de l'inflation.
    • Nous restons exposés à la dette émergente pour bénéficier d'un portage attrayant.
  4. Nous détenons une position longue sur le yen et sommes exposés à des matières premières telles que l'or, qui fournissent de bonnes couvertures dans un environnement d’aversion au risque.
  5. Les investissements alternatifs devraient bien se comporter, car ils s’avèrent relativement décorrélés des actifs traditionnels.

 

Notre positionnement

Nous maintenons une légère sous-pondération des actions, relativement moins attractives, et une position longue sur la duration obligataire. Sur le front des actions, nous sous-pondérons la zone euro et sommes neutres vis-à-vis du Japon, des marchés émergents et des États-Unis. Au sein de la poche obligataire, nous mettons l’accent sur le crédit générateur de portage (dette investment grade et émergente). En termes de secteurs, compte tenu des anticipations de recul des rendements obligataires et de la résistance avérée des bénéfices, nous sommes optimistes à l'égard du secteur technologique américain. Par ailleurs, nous conservons notre préférence défensive pour la santé et la consommation courante et intégrons le fait que le cycle de resserrement monétaire touche à sa fin.

 

 

Recherche rapide

Obtenez des informations plus rapidement en un seul click

Recevez des informations directement dans votre boîte e-mail